Archives de l’auteur : Bruno ROBBES

À propos Bruno ROBBES

Ancien instituteur, maître formateur et directeur d'école de 1986 à 2001 à Garges-lès-Gonesse (Val d'Oise), j'ai pratiqué la pédagogie institutionnelle dans mes classes et m'y suis formé, en groupe avec Jacques Pain, dans des stages avec Fernand Oury. J'ai été responsable dans des stages du CEÉPI. Je reste impliqué dans les réseaux et groupes qui s'y réfèrent. Maître de conférences en sciences de l'éducation de septembre 2008 à août 2019 à l'université de Cergy-Pontoise, je suis aujourd'hui professeur des universités dans cette même université et membre du laboratoire ÉMA (École, Mutations, Apprentissages) - EA 4507. Dans certains cours, je mets les étudiants en situation de s'initier à la pratique de la pédagogie institutionnelle. Après avoir étudié l'autorité dans la relation éducative et pédagogique, je souhaite désormais faire de la recherche-action de pédagogie, avec des enseignants et des équipes d'écoles qui pratiquent des pédagogies coopératives, institutionnelles, alternatives.

Séminaire LE CONCEPT D’INSTITUTION dans les pratiques de l’institutionnel

RAPPEL : mercredi 21 octobre 2020

17h15-19h15 – Université de Cergy-Pontoise – Site de Gennevilliers – ZAC de Barbanniers – Avenue Marcel Paul – Amphithéâtre

Le concept d’institution et la pédagogie institutionnelle de Fernand Oury et Aïda Vasquez

intervenants : Frédéric Canac, Bruno Robbes

discutant : Patrick Geffard

La pédagogie institutionnelle initiée par Aïda Vasquez, Fernand Oury, les enseignant·e·s qui ont travaillé avec eux et ceux qui s’en réclament aujourd’hui, utilise le concept d’institution avec des significations multiples. En référence à la psychothérapie institutionnelle, Fernand Oury (2004. 1re édition 1981) précise que « Ce qui soigne ce n’est pas l’institution mais l’institutionnalisation » (p. 11). Ainsi, l’institution renvoie aux institutions internes. « L’institution est une structure élaborée par la collectivité tendant à maintenir son existence en assurant le fonctionnement d’un échange social de quelque nature qu’il soit » (Michaud, 1977, p. 33).

Mais les institutions sont aussi les « outils » que la pédagogie institutionnelle a institués, structurées en atomium, c’est-à-dire en « réseau d’institutions » (Imbert, 2010, p. 127) : techniques Freinet de travail coopératif, organisation en sous-groupes fonctionnels, ceintures de couleur donnant un statut, monnaie intérieure, fonctions et rôles, lois de fonctionnement, lieux de parole divers en particulier le conseil, lieu de décision, « institution instituante : le lieu du pouvoir réel bien que limité à la classe » (Oury, id., p. 12). Dans quelle mesure ces institutions instituées/instituantes – dont la première tâche de l’enseignant est de prendre soin – favorisent-elles ou non les différenciations et les échanges, permettant au sujet de se tenir debout ?

Quant aux institutions externes, elles relèvent souvent d’une structure pyramidale (à l’instar de la tour Eiffel), d’ « Appareils Idéologiques d’État » (Althusser, 1976) dont l’inertie et l’absurde sont sans cesse dénoncées, comme à travers l’école-caserne (Oury & Pain, 1972). Ainsi, cette pédagogie institutionnelle résiste de l’intérieur, se développant dans les interstices de l’institution École qu’elle questionne par son existence même, générant aussi des mécanismes de défense en son sein.

À travers la reprise des textes de référence et la présentation de pratiques singulières de pédagogie institutionnelle, le concept d’institution sera remis sur le métier. Qu’est-ce qui fait institution dans la classe ? Comment les institutions sont-elles portées par le groupe des élèves et l’enseignant.e ? Quels liens existent aujourd’hui avec et entre les institutions externes et internes ?

Frédéric Canac est professeur des écoles, doctorant en sciences de l’éducation à l’Université Paul Valéry de Montpellier et l’un des membres fondateurs de La Brique, Association Toulousaine de Pédagogie Institutionnelle. 

Bruno Robbes est professeur des universités en Sciences de l’éducation à CY Cergy Paris Université, laboratoire EMA (École, Mutations, Apprentissages). D’abord instituteur, il a pratiqué la pédagogie institutionnelle et reste impliqué dans ce mouvement. Il est à l’origine de la création du réseau Pédagogie Institutionnelle International (https://reseau-pi-internationa.org/), en 2016. Après avoir étudié l’autorité en éducation, il mène désormais des recherches-actions de pédagogie, accompagnant des équipes d’enseignants pratiquant des pédagogies coopératives, institutionnelles, « différentes », dans une perspective de réflexivité sur les pratiques et de production de connaissances scientifiques.

Séminaire ouvert – Possibilité de le suivre en direct : https://www.youtube.com/channel/UCEAR4BxvMQWOGFLHhQp6_5g/featured?view_as=subscriber

Contacts : Bruno Robbes, PU en Sciences de l’éducation, Laboratoire EMA (EA 4507) :

bruno.robbes@cyu.fr

À paraître et en prévente, Les chemins du collectif, Andrès Monteret

Les chemins du collectif

Comment faire de la classe un lieu d’action collective tout en permettant à chacun de s’engager individuellement ? Comment analyser le monde et s’y engager de façon critique ?
Née de la rencontre de la pédagogie Freinet, du marxisme, de l’autogestion, de la psychanalyse et des sciences humaines, la pédagogie dite « institutionnelle » cherche des outils théoriques et pratiques pour penser le rapport aux contenus, aux élèves, au monde en s’inscrivant clairement dans une démarche d’émancipation.
Les Chemins du collectif se veut une entrée en pédagogie institutionnelle. En partant de pratiques de classes, chacun·e peut découvrir les éléments fondateurs de la pédagogie institutionnelle, percevoir leur dimension révolutionnaire pour questionner et transformer ses propres pratiques.

L’auteur

Andrés Monteret est enseignant depuis 2001. Il travaille à Paris en éducation prioritaire. Syndicaliste, il est membre du collectif d’animation du site et de la revue Questions de classe(s) et du groupe de pédagogie institutionnelle de Paris-Créteil.

Libertalia lance un appel à soutien en faisant une prévente du livre :

Les Chemins du collectif (Andrés Monteret) // Les éditions Libertalia

Séminaire LE CONCEPT D’INSTITUTION dans les pratiques de l’institutionnel (2ème année)

RAPPEL : mercredi 23 septembre 2020

17h15-19h15 – Université de Cergy-Pontoise – Site de Gennevilliers – ZAC de Barbanniers – Avenue Marcel Paul – Amphithéâtre

La transversalité : de Guattari à Lourau, quelle(s) continuité(s) et quelle(s) rupture(s) ?

intervenante : Dominique Samson

discutante : Virginie Dufournet Coestier

La notion de transversalité est proposée en 1965-1966 par Guattari dans le premier numéro de La revue de la psychothérapie institutionnelle puis dans son livre Psychanalyse et transversalité en 1972. Lourau lui consacre plusieurs développements dans L’analyse institutionnelle en 1970. Par la suite, cette notion continue à apparaître dans les travaux du courant « vincennois » de l’analyse institutionnelle, mais semble s’éloigner de plus en plus de l’acception posée par Guattari.

Il s’agira de mettre en regard les différentes définitions et usages de cette notion avec sa genèse sociale – c’est-à-dire avec les pratiques professionnelles et militantes qui accompagnent son élaboration. Et ce, afin de prendre la mesure des continuités, des divergences et des tensions entre les différents courants d’analyse institutionnelle – notamment en termes de posture.   

Dominique Samson est formatrice indépendante, chercheuse associée au laboratoire EMA. Docteure en Sciences de l’éducation, elle a effectué la totalité de son parcours universitaire à l’Université Paris 8. Elle a fait partie de l’équipe de coordination des Cahiers de l’implication – revue d’analyse institutionnelle de 1995 à 2010 et en a exercé la co-direction de 2006 à 2010. 

Séminaire ouvert – Possibilité de le suivre en direct : https://www.youtube.com/user/ucergy

Contacts : Bruno Robbes, PU en Sciences de l’éducation, Laboratoire EMA (EA 4507) : 

bruno.robbes@cyu.fr

Séminaire « Le concept d’institution dans les pratiques de l’institutionnel » – Programme 2020-2021

Mercredi 17h15-19h15, Site universitaire de Gennevilliers, RER C1 station Gennevilliers

Séminaire ouvert. Le suivre en direct : https://www.youtube.com/user/ucergy

Dans les années soixante, analyses et pédagogies institutionnelles ont fait de l’institution un concept organisateur central, théorique, pratique, praxique des relations humaines et sociales. Mais dès les années cinquante, la psychothérapie institutionnelle s’était déjà emparée du terme.

Sur quelles pensées ces courants se sont-ils appuyés pour fonder le concept d’institution ? Quelles en sont les racines historiques ? Comment chaque courant conçoit-il l’institution (ou les institutions), mais aussi l’implication, les analyseurs, l’instituant, l’institué, l’institutionnalisation, la transversalité, la multiréférentialité ? Qu’est-ce qui, dans l’usage de ces notions ou concepts, réunit et différencie ces courants ? Qu’est-ce qui sert les élaborations et le travail de chacun, est constitutif des « boîtes à outils » pratiques et conceptuelles de chaque courant ? Dans son contexte particulier, comment chacun les utilise-t-il pour penser et agir ?

Pour beaucoup, on assisterait actuellement à un déclin (fragilisation, délégitimation…) des institutions organisatrices du social. On leur préfère parfois le terme d’organisations. Les pratiques de l’institutionnel en sont-elles affectées et en quoi ? Permettent-elles encore de penser les mutations, voire les transformations des organisations contemporaines ? Quelles sont les actualités des pratiques de l’institutionnel sur les terrains des métiers du lien humain (école, éducation, santé, formation, travail social…) ? Quelles questions continuent-elles de soulever et quelles perspectives est-il possible de penser dans un environnement dominé par l’idéologie néo-libérale ? La « création praxique » est-elle encore possible ? Où peut-on la repérer actuellement ?

Programme du séminaire en 2020-2021

La transversalité : de Guattari à Lourau, quelle(s) continuité(s) et quelle(s) rupture(s) ? –  mercredi 23 septembre 2020
Intervenante : Dominique Samson – discutante : Virginie Dufournet Coestier

Le concept d’institution et la pédagogie institutionnelle de Fernand Oury et Aïda Vasquez – mercredi 21 octobre 2020
Intervenants : Frédéric Canac, Bruno Robbes – discutant : Patrick Geffard

Raymond Fonvieille, l’analyse institutionnelle et l’autogestion pédagogique – mercredi 25 novembre 2020
Intervenant : Gilles Monceau – discutant : Laurent Gutierrez

L’institution, un champ de tensions – mercredi 27 janvier 2021
Intervenante : Laurence Gavarini – discutant : Pascal Fugier

Équipes de pédagogie institutionnelle, institutions et collectifs – mercredi 24 mars 2021
Intervenant : Philippe Jubin – discutante : Françoise Budo

Pratiques de l’institutionnel et approche psychanalytique – mercredi 26 mai 2021
Intervenants : Arnaud Dubois, Patrick Geffard – discutant : Pascal Fugier

Télécharger le programme du séminaire

Le nouveau livre de Mireille Cifali vient de paraître…

Tenir parole
Responsabilités des métiers de la transmission
Nouveau livre, publié le 26 août 2020, au Presses Universitaires de France.

Nous sommes des êtres de langage. Dans les métiers de la transmission, Mireille Cifali nous rappelle l’essentialité d’une parole fiable, afin que le dialogue annoncé ne soit pas un vain mot. Dialogue engagé entre les professionnels qui souhaitent collaborer, inclure. Dialogue rompu quand on en vient à exclure. Avec parfois un monologue. Un silence laissant seul. Un jugement qui enferme. Avec nous, Mireille Cifali aborde l’art de tenir parole. Elle évoque la toujours présente violence vécue qui, par les mots, se transforme. Elle nomme les attitudes et les paroles qui assurent une position d’autorité, et non plus de pouvoir. Ainsi, un regard tendre peut se construire jusque dans les rencontres difficiles, pour la dignité de chacun. Dès lors, face au discours de l’efficacité s’inscrit la responsabilité qualitative de nos gestes adressés. Face à un futur avec ses rêves de scientificité, sa technologie, s’avancent nos craintes et nos soins. Afin de sauvegarder l’expérience et le temps d’apprendre.

Lien vers le site de l’éditeur : https://www.puf.com/content/Tenir_parole

Lancement Festival-Bouger 2020-2021: enseigner dehors?

Le RÉPAQ lance son nouveau Festival Bouger: Apprendre (et bouger) en contact avec la nature.
Inspirons-nous les uns des autres, on en a particulièrement besoin en ce moment.
Si vous pensez qu’enseigner hors de la classe est faisable, nécessaire, et qu’en outre cela aide à faire bouger les élèves, partagez votre expérience par vidéo avec d’autres écoles qui aimeraient essayer ou qui cherchent des idées simples et solides pour varier leurs activités.
Tous les élèves sont concernés, de 3 à 17 ans, tous les acteurs de l’école aussi: enseignants, directions, parents, personnels des services de garde, etc.
Consignes faciles:
– vous inscrire par retour de courriel pour le 31 oct. 2020 (nom d’école, nom de contact)
– faire une (ou deux) vidéo(s) courte(s): 3 min 33 s max.
– envoyer la vidéo(s) avant le 31 mars 2021.
Tout est dans cette VIDÉO DE LANCEMENT DE 4 MINUTES:
Bouger en contact avec la nature
Besoin d’idées sur comment filmer? Jetez un oeil aux styles de vidéos de l’an dernier.
Merci de faire circuler l’information dans vos réseaux.
N’hésitez pas.
Le Comité organisateur
RÉPAQ

Éducateur – Soignons le milieu ! Avec la pédagogie institutionnelle

Éducateur, revue du syndicat des enseignants Romands vient de publier son numéro 6 avec un dossier intitulé :
Soignons le milieu ! Avec la pédagogie institutionnelle
En quoi les outils développés par la pédagogie institutionnelle (PI) depuis le milieu du siècle dernier sont-ils toujours de circonstance à l’heure où une crise sanitaire mondiale fait vaciller certaines idées de la démocratie ?

Au sommaire :

Page 4 : Soigner le milieu … plutôt que chaque élève mis·e de côté. Olivier Maulini

Page 5 : La pédagogie institutionnelle, en quelques mots… Bruno Robbes

Page 7 : Nous vous parlons depuis La Neuville. Fabienne d’Ortoli & Michel Amram

Page 10 : Mais au fait, c’est QUOI une institution? Jean-Marie Cassagne

Page 12 : «Commencer à penser à sa propre violence» Mireille Cifali

Page 15 : Une école en pédagogie institutionnelle: un projet politique d’école inclusive Dina Borel

lien d’accès : https://www.le-ser.ch/dossier-complet-soignons-le-milieu-avec-la-pedagogie-institutionnelle

Festival Bouger REPAQ : les 11 vidéos de 2019-2020 (2 nouvelles) et 1 lien direct

Vous pouvez maintenant voir la totalité des 11 vidéos du Festival Bouger (3 min 30 max.), incluant les deux dernières de Montréal, installées aujourd’hui :
– Le Vitrail (primaire + secondaire): ateliers « On bouge » autogérés par les élèves tous les matins, pendant 24 minutes, pour se mettre en train et de bonne humeur
– Nouvelle-Querbes (primaire): comment des enseignant.e.s, guidés par une des leurs, retrouvent le plaisir simple de bouger dans leur propre école

À voir sur le site du RÉPAQ (Réseau des [48] écoles publiques alternatives du Québec)
ou sur la chaîne YouTube dédiée
À partager sans modération.
Bon visionnement et au plaisir de vous accueillir au prochain Festival (en préparation)!

Le Comité organisateur du Festival
RÉPAQ

Soigner, éduquer, culturer ? Ou les minutes pédago-cliniques de praxis altératrices : création d’un journal schizométrique à l’Université

Ce texte daté de mars 2019 est la transcription d’une discussion collective autour d’un projet qui a croisé des pratiques pédagogiques et thérapeutiques. Il s’agissait, à l’occasion d’un enseignement de première année de licence de psychologie de proposer aux étudiants de faire un journal et de proposer à différents collectifs de soin issus de secteurs psychiatriques de transmettre leurs pratiques en la matière avec la participation des services culturels de l’Université. Au croisement de la pédagogie institutionnelle, de la psychothérapie institutionnelle et des pratiques d’éducation populaire, cette discussion interroge la manière dont le déplacement d’une pratique d’un espace vers un autre produit des altérations de ces espaces. Opération que dans le secteur psychiatrique d’Asnières nous sommes plusieurs à qualifier de « praxis altératrices« .

Cette expérience d’un journal à l’université vient à la suite d’une série de rencontres et déplacements antérieurs produits depuis nos espaces de soin grâce aux effets d’un outil institutionnel majeur pour nous: les clubs thérapeutiques. Dans le secteur de psychiatrie d’Asnières, une vie associative riche sert de support à cette « fonction club » qui ouvre l’espace clinique sur le monde.
Il y a par exemple l’association Et Tout et Tout née du journal du même nom au sein du CATTP d’Asnières, qui décline différentes formes de participation directes de la part de collectifs de soignants/soignés à la formation d’étudiants en psychologie, en travail social ou en médecine. Vous pouvez consulté sur le blog du journal les différents articles rassemblés sous le libellés « formation étudiants« . a inauguré en 2016 une  Correspondance entre patients et étudiants, en 2016 et
Il y a également l’association Colifata France qui sert de support à une radio thérapeutique, la Radio Sans Nom qui en 2017 avait organisé une émission de radio à l’université après plusieurs échanges avec les étudiants. Ce travail avait été présenté lors du colloque organisé à l’occasion des 50 ans de la publication de « Vers une pédagogie institutionnelle » en 2017 dont les vidéos sont disponibles sur le site du « réseau Pi international ».  Cette expérience a également été présentée avec Alfredo Olivera, psychologue clinicien, fondateur de la Radio Colifata en Argentine et président de La Colifata France, aux XVIèmes rencontres de la CRIEE et aux XXXIIèmes journées de l’AMPI.
La particularité du travail présenté dans cet article est qu’il croise aussi plusieur collectifs dans une mise en acte des plus concrètes du principe de circulation.

L’article est ici présenté dans une version longue agrémenté (pour ne pas dire augmenté!) de plusieurs liens vers des documents annexes. Forme de clin d’oeil en hypertexte à la pratique des enseignants de la Pédagogie institutionnelle dont j’ai toujours admiré les valises pleins de documents et de productions qui ne manque jamais de les accompagner à chaque colloque ou stage.

Un grand merci à Quentin Vergriete ainsi qu’au comité du site de Chimères pour leur patient travail d’édition numérique.